Le programme d’entrainement

marlot_logo_variante01         Je me suis inscrite à un nouveau gym l’année passée. C’est génial les nouveaux abonnements parce que ça vient toujours avec une rencontre avec un entraineur gratuit fait qu’il peut t’aider à faire ton plan d’entrainement et à te montrer comment utiliser les machines, fait que t’as pas l’air complètement crétin quand t’es livré à toi même dans ces énormes machines.

Alors voilà, je m’inscris et je remplis la feuille d’information pour mon programme d’entrainement.

Quel est votre but? : Être le plus en santé possible. Je veux me dépasser à chaque entrainement. Je veux toujours améliorer mon rendement.

Pourquoi vous vous entrainez dans un gym : Parce que le gym ne me met en compétition avec personne d’autre que moi-même. Ça me permet donc d’avancer à mon rythme et de toujours me surpasser.

Vous savez ce que l’entraineur m’a répondu?

  • C’est impossible. Aucun entrainement n’existe pour ce but-là.»

Oui! Selon ce qu’il m’a expliqué, c’est impossible faire un entrainement pour être globalement en santé. Non. Il faut choisir entre : maigrir ou gagner de la masse musculaire.

MAIGRIR OU GAGNER DE LA MASSE MUSCULAIRE!!!! QUOI?????

Comme si l’activité physique était seulement une question d’apparence!

Pourquoi s’entrainer si on n’a pas besoin de maigrir? Si on n’a pas envie d’impressionner les filles en étant plus musclés?

Éloigner les chances de maladies? Haha! Juste se sentir en santé? Haha! Pousser notre corps au max et se surpasser? HAHAHAHA!

Non! S’entrainer est seulement une question de beauté.

J’ai changé de gym.

14528303_10154583694364269_249714700_n

Utilisez votre corps!

marlot_logo_variante02_transparenteUn truc d’acteur: utilisez votre corps. Quand on n’arrive pas à sentir l’émotion, quand on a aucun souvenir assez fort pour créer une émotion en nous, on nous dit : commence avec ton corps, le reste va suivre.

Je dois jouer la peur. Je n’ai aucune idée de comment jouer la peur. Je n’ai pas de souvenir assez réaliste et proche de l’histoire pour savoir la jouer. J’utilise mon corps. Premièrement la respiration, je respire fort, mon corps se demande qu’est-ce qui se passe, il lance un signal d’alerte. Je continu: le regard fuyant, mon cerveau ne sait plus sur quelles images il doit se concentrer, comme lorsqu’il a peur, tout mon corps est en alerte, je paralyse un petit peu mon corps volontairement, comme dans une grande peur, mon cerveau est en mode survie. Et voilà, le processus en enclenché, je me mets à ressentir de la peur. Sans aucune raison, seulement avec mon corps,  ma respiration, ma posture.

Ce processus fonctionne pour tous les sentiments, change ta respiration pour celle que tu prends lorsque tu pleures, tu auras de la peine dans quelques minutes. Ce sont des réflexes naturels.

Ce processus peut être utilisé tous les jours, et pas seulement pour faire croire à votre boss que vous vivez des moments difficiles et que vous avez besoin d’un congé.

Il fonctionne aussi avec les sentiments positifs, entre autres, l’assurance.

Lorsque vous doutez de vous-mêmes, prenez une posture droite et fière. Relevez la tête, avec un air de défi. Vous allez voir vos pensés vont changer automatiquement. Vous n’allez plus vous dire : Mon dieu, je ne pourrai jamais faire ça. Vous allez vous dire:  Ok! Go! Teste-moi! Je te le faire ton truc et te botter le cul!

Vous êtes stressés? Arrêtez-vous quelques secondes et prenez une posture remplie d’assurance, une posture de Super Man! Vos pensées vont se calmer. Et vous allez ressentir davantage d’assurance.

Vous êtes stressé et en route vers une entrevue. Marchez avec confiance, comme une femme d’affaire qui va entrer dans son bureau.

Ce mini truc fonctionne. Le corps est directement lié à vos sentiments.

Chaque matin, au réveille, vous pouvez le faire, en vous brossant les dents, prenez une posture fière devant le miroir. Une posture de roi, de guerrier et laissez les pensées vous envahir. «Je suis fort, je suis capable, je suis le meilleur, je rock la place.»

Vous allez finir par le croire, c’est tout ce que ça vous prend.

Et vous? Qu’est-ce que ce truc vous aiderait à vaincre comme peur?

Le pouvoir du SI

marlot_logo_variante02_transparenteAvez-vous déjà remarqué à quel point le «et si» a du pouvoir dans nos vies? «J’aimerais, j’ai hâte, si seulement» je me souviens quand j’étais jeune, mes parents me reprenaient toujours quand je disais ça. Ils me disaient : ne dit pas ça Marlot, profite de ton moment présent. Ils avaient raison. Parce qu’à ce moment-là, je l’utilisais négativement. Je me focalisais sur que je n’avais pas, au lieu de regarder ce que j’avais.

Et bien récemment j’ai expérimenté le pouvoir du «et si» positif et il est incroyablement puissant.

«Et si», c’est si simple, mais pourtant, c’est le mot qui me fait le plus avancer dans toute ma vie. Il est la réponse à toutes les questions existentielles. Il me motive à vaincre mes peurs, il me fait me lever le matin.

Utilisez le «et si» d’une bonne façon, quand vous vous mettez à y croire, voilà, c’est gagné. Il vous motivera et vous enchantera pour tout.

Pourquoi je sortirais de mon lit ce matin, c’est pas aujourd’hui que je vais trouver ma job de rêve?… Et si…

Pourquoi je m’entraine, c’est pas comme si j’allais réellement pouvoir devenir réellement forte et réussir à courir des marathons!… Et si…

Pourquoi j’essayerais ce nouveau projet, pourquoi? C’est un beau rêve, mais il demande tellement d’effort… Et si.

Si j’échoue, que va-t-il arriver? Si je m’humilie que va-t-il arriver?

Et si, et si ça marche? Et si tu réussis? Et si c’est vrai?

C’est deux minis mots me donnent envie de sauter dans la vie et de prendre des risques.

Il y a un dicton qui dit : “What if I fall? Oh, but my darling, what if you fly?”

Et c’est vrai, si l’oiseau ne se dit jamais: et si je peux voler? Il ne sautera jamais de son nid. Si l’oiseau ne saute pas, il ne vole pas.

Et l’humain a prouvé qu’il peut tout faire. Il suffit de sauter…

Et si ça fonctionnait pour vous? Et si…

Féministes à Marde!

marlot_logo_variante01_transparente«Les féministes sont tellement extrémistes. C’était cool les féministes, dans le temps de ma grand-mère, quand les femmes avaient pas le droit de vote, pas droit à l’éducation! Là ça sert plus à rien.»

« Les féministes elles capotent!

Pour les gars non plus c’est pas facile, sont prit dans les vieux parterns, ils doivent tenir les portes aux filles sinon ils sont pas galants, ils doivent payer le souper au restau sinon ils sont mal élevés et cheaps, ils sont automatiquement considérés comme des obsédés sexuels. »

Je sais pas combien de fois j’ai pu entendre ça d’un gars quand j’ai dit que j’étais féministe. Premièrement, je vais te donner les points que tu as. T’as raison, oui, si le gars paye pas sur une date il a l’air cheap, Mais t’es en train de comparer le fait que tenir une porte c’est difficile quand moi je te dis qu’une femme sur 3 a été victimes D’AU MOINS une agression sexuelle depuis ses 16 ans, je te dis que 82% de toutes les agressions sexuelles répertoriées au Canada sont subies par des femmes, je te dis que 1 femme sur 7 est agressée sexuellement au moins une fois par son conjoint, je te dis qu’en 2012, statistique canada affirmait que les femmes gagnaient un salaire moyen de 10% moins élevé que celui des hommes.

C’est juste que ces faits-là, tu les sais pas quand tu juges les féministes.

 

« Ouais, mais les hommes aussi se font agresser sexuellement, sauf que sa plainte est jamais considérée. Bien oui, les hommes sont considérés comme des obsédés sexuels, il est supposé aimer ça le sexe, il a pas à chialer! »

Ça arrive aussi aux gars c’est vrai, et être féministe diminue en rien les agressions portées sur les hommes. Ça dénonce juste le fait que 82% des agressions sont commises sur des femmes.

Une agression reste tout aussi grave si elle est portée sur homme ou sur une femme. Ça marche pas de même : scuse, t’as un pénis, fait pas de compassion des féministes!

Le féminisme, c’est pas essayer de prouver que les femmes sont meilleures que les hommes, c’est juste atteindre l’égalité.

D’arrêter de parler d’hommes ou de femmes et de juste parler d’humains, que tout le monde ait les mêmes chances sans que tes parties intimes viennent influencer ça.

C’est que les femmes aient le même salaire, c’est qu’elles ne soient plus la plus importante cible des agressions sexuelles et c’est qu’elles payent ou tiennent la porte pour les autres dans les endroits publics si ça leur fait plaisir.

 

Être Heureux

marlot_logo_variante02

Être heureux. C’est un concept un peu flou…

On nous dit tous: être heureux c’est un choix!

J’ai le malheur de vous dire que c’est pas si facile que ça. Ça nécessite quand même des efforts. Mais ça en vaut la peine!

Dans cet article, je vous donne 10 exercices à faire si vous voulez choisir d’être heureux. C’est tous des trucs conseillés par des psychologues et certains font partie du traitement contre la dépression. Certains sont juste des petits trucs que je fais personnellement qui me rendent heureuse. Ceux-çi sont spécifiés, pour que vous puissiez les reconnaitre et pas avoir l’air crétin dans un party en disant que mes petits trucs perso sont des traitements contre la dépression… je veille quand même à votre réputation.

  1. C’est tout simple. Vous faire un petit cahier et chaque soir, vous écrivez 4 belles choses de votre journée. 

Vous racontez un beau moment, un bon sentiment, quelque chose de bon que vous avez mangé. N’importe quoi de positif de votre journée. Au début c’est difficile. Mais plus on le fait, plus les beaux moments viennent à l’esprit tout seuls. Le cerveau se couche alors sur des beaux souvenirs et ça diminue de beaucoup le stress. Croyez-moi, vous dormirez mieux.

2. Lâcher prise après avoir fait de son mieux.

Vous attendez votre réponse de la job pour une augmentation, pour une prime pour quoi que ce soit? Dormez tranquille. Lâchez prise sur ce que vous ne pouvez pas contrôler. Vous ne pouvez pas contrôler leur décision. Faites tout ce qui est en VOTRE pouvoir. Et si vous êtes certains d’avoir TOUT donné, laissez aller le reste. Vous ne pouvez plus rien faire. Stresser vous pourrira simplement la vie.

3. Truc perso: J’écris chaque petit moment que j’ai aimé dans mon téléphone. 

Si je repense à un souvenir qui m’a fait du bien, ou si j’entends une phrase qui me fait rire, je l’écris dans mon téléphone. Et quand je m’ennuie, dans l’autobus, au lieu d’aller sur Facebook je les relis et ça me fait sourire. C’est des trucs complètement stupides:

Vous la gang de gars qui jouent au soccer dans un parc de Rosemont à 8h30 un samedi matin, bravo.

Congratulation! You survived your suicide!

Qu’est-ce que tu fais papa? Marlot, je peux pas te parler, je magasine une odeur de pipi…

Vous voyez le genre…

14463726_10154563092599269_445425616_n

4. Prendre pour acquis que tout le monde vous aime.

Des gens ne vous aimeront pas et souvent ce n’est même pas relié à vous. C’est parce que vous lui faites penser à quelqu’un de son primaire, que vous avez dit quelque chose et qu’elle a mal compris. Vous ne pouvez rien y changer. Ce n’est pas de votre pouvoir.

Oubliez ça. Tenez pour acquis que personne ne vous veut du mal. Que les gens vous aiment. Ça fait du bien. Ça vous fait sentir aimé et en sécurité. Ça détend. Et vous avez envie d’aimer à votre tour. Et souvent votre attitude, change et pouf! Ils se mettent à vous aimer.

5. Ne jamais parler contre les autres. 

Parler contre les autres est inutile puisque ça ne change pas la situation ça fait seulement en sorte de vous concentrer sur le négatif d’une personne. Vous pouvez ne pas aimer quelque chose de quelqu’un, le prendre en note dans votre tête et c’est tout. C’est fait. En plus d’éloigner le négatif, ça fait en sorte que les gens autour de vous se sentent bien, ils ne se sentent pas juger, c’est propice aux rapprochements.

6.  Questionner les gens. S’intéresser à eux pour vrai. 

Quand on s’intéresse aux gens pour vrai toutes nos conversations deviennent plus intéressantes. La meilleure façon de le faire est posée des questions sur leur vie. Pas les clichés plates: comment vont les enfants? Non! Est-ce que tes enfants vont à la garderie? Ils aiment ça? Qu’est ce qu’ils font? Et puis vos interlocuteurs s’intéresseront à vous à leur tour et vous écouteront pour vrai! Vous poserons des questions.

7. La résilience.

Acceptez les malheurs de la vie. Ma voiture est brisée. Je ne peux rien y faire. Que je sois fâchée ou pas, ma voiture restera brisée. Vous pouvez seulement contrôler votre réaction aux événements, pas les événements.  Et qui sait, si vous êtes sympathique, le garagiste sera surement plus enclin à vous faire un prix!

8. La gratitude.

C’est selon moi un des plus difficiles. Votre vie va mal. Vous n’aimez pas notre job, vos amis sont partis, votre voiture est brisée vous vous sentez seul.

Remerciez.

Remerciez, peu importe en quoi vous croyez, dieu, l’humanité, vous-mêmes, mais remerciez.

Trouvez les choses qui vont bien. J’ai des parents géniaux, mes amis sont en voyage, vivent des beaux moments, je mange, j’ai de l’argent pour sortir. Trouvez-en. N’importe quoi de positif.

Ça change votre vision, et donc votre énergie. Courage, sérieux ça en vaux la peine.

9. Exprimez de l’amour. 

Vous trouvez votre amie drôle, dites-lui. Une cliente porte un beau chandail, dites-lui. Vous pensez à votre amie et souhaitez qu’elle ait une bonne journée, dites-lui. Envoyez un texto: Je pensais à toi, j’espère vraiment que tu vas avoir une bonne journée! T’es quelqu’un de génial.

Vous vous rendez compte à ce moment-là de tous les beaux sentiments que vous ressentez chaque jour. Il y en a beaucoup.

10. S’occuper de nous. 

C’est cliché, mais c’est vrai. J’ai travaillé 70h, j’ai pas eu de fin de semaine, je dois faire mon lavage et mon ménage la seule après-midi off que j’ai.

Non.

On peut dire non à des obligations, PAS TOUJOURS! Je vous dis pas de négliger les obligations. Mais prendre un congé des obligations une fois, c’est le même effet que prendre un congé de la job. Assumez le fait qu’on a choisi de dire non. Qu’on se choisit nous au lieu des choses qu’on est obligé de faire, quand on l’a mérité, quand on sait qu’on est épuisé, ça offre plus de repos qu’une fin de semaine complète.

La pile de linge sale n’est pas un danger. Manger un diner au resto va pas vous empêcher de payer le loyer. Sérieux, on le mérite.

Le cerveau est incroyablement intelligent, mais facile à manipuler. De cette façon, vous pouvez manipuler votre cerveau pour qu’il se concentre sur le positif et vous rende heureux.

Ça prend du travail et du courage, mais je vais dire comme on dit: C’est worth it.

Merci de me lire 😉 je vous aime!

Dites moi pour vous, quel petit truc vous rend heureux?

Tout simplement gentil

marlot_logo_variante02

Je comprends pas les gens qui jugent…

Tout le monde me dit que c’est impossible. Que quand je vois une grosse je dois forcement me dire qu’elle est grosse, que je me compare, que je me dis que leurs vêtements sont laids, qu’elle, elle a un gros nez, qu’elle porte une drôle de robe…

Non.

J’en ai rien à faire de sa robe, ou de son gros nez, ou du fait qu’il a les bras plus musclés que les jambes. Je comprends pas les gens qui jugent.

Sérieusement pourriez-vous m’expliquer pourquoi le fait que j’aime pas la couleur de sa robe nécessite mon énergie? Parce que la dernière fois que j’ai regardé, c’est pas moi qui la portais.

Pourquoi l’humain à toujours autant besoin de se comparer? Pourquoi l’humain, qui veut juste être aimé crée toujours la compétition entre lui et les autres?

J’haï tellement ça cette espèce de compétition là entre les humains.

Elle est médecin pis super intelligente pis riche.

Oui! Et c’est génial pour elle! Ça fait pas de mauvais dans ta vie let’s be happy que sa vie aille bien.

Je travaille dans un café. Ça fait 6 mois maintenant que je travaille dans un café à temps plein. Je suis payée 10,75$ de l’heure pour te donner un café. Y as tu de quoi de plus futile dans vie?

C’est une relation étrange. J’ai un uniforme vraiment laid, je put le café, j’ai jamais le temps de m’arranger parce que je commence à 5h alors a 4h du mat de suis debout, pour toi et ton café. Fait que la compétition, y en a pas. J’ai perdu d’avance. Je suis pas là pour te montrer que je suis meilleure, non, je suis là pour toi. Pour ton café, pour ton matin.

J’ai appris une belle chose dans la vie là-bas. Les relations que tu as avec les autres, c’est toi qui les crées. Je me suis donné une règle d’or: chaque personne qui rentre est mon amie. J’agis avec chaque personne comme si c’était Chantal qui entrait dans le café, Chantal qui se commande à boire, Chantal est indécise, Chantal qui a eu une mauvaise journée, Chantal qui vient se chercher son premier café du matin. Et je fais chaque café, comme si je les faisais pour Chantal.

C’est magique. Les gens perdent toute méchanceté quand tu leur donnes gratuitement de l’amour. Ils s’ouvrent et surtout ils t’en donnent en retour. Tu te rends compte que personne veut la compétition, les gens sont heureux d’avoir un contact réellement humain. Quelqu’un s’intéresse toi, sans futures attentes.

Essayez-le. La prochaine fois que vous parlez à quelqu’un, un serveur, quelqu’un à qui vous demandez votre chemin, imaginez que vous parlez à votre meilleur ami.

Ça fait du bien! De s’imaginer que tout le monde t’aime autour de toi, que les gens te veulent du bien, comme Chantal te veut du bien, comme Chantal t’aime. Ça change tout.

Je me suis tellement attaché à mes clients maintenant. Je les aime profondément. Je les connais, je connais leur vie, je m’intéresse à leur réussite et  à leurs problèmes et ça me fait plaisir de leur faire leur café.

C’est un attachement que j’adore, sans attentes, sans condition. Je m’attends pas à ce que tu reviennes demain, je m’attends pas à ce que tu sois là pour moi si j’ai besoin de quelqu’un un jour. Non, je t’aime pour ce que tu es maintenant. Un humain, qui veut un café

Et vous quelle est la dernière fois ou vous vous êtes sentie apprécié et aimé tout à fait gratuitement? Ou alors quand l’avez vous fait?

Un corps de femme!

marlot_logo_variante01_transparenteJ’ai dormi dans une auberge jeunesse à Los Angeles quand je suis allée il y a quelques semaines, une chambre, comme la plupart des auberges jeunesses, un peu crasseuses, 8 lits en tout, tout le monde, gars, filles mélangés. On se fait des amis et on se parle.

Je m’en vais prendre une douche. J’oublie, (bon c’était pas fort..) J’oublie mon linge propre. Je dois sortir en serviette. J’appelle mon amie, lui demande s’il y a bien du monde. Non, il n’y a personne. Je sors je vais la retrouvée à côté de ma valise, elle me regarde : Bien voyons Marlot, t’es bien à l’aise à moitié toute nue de même!

Bien oui! Faut être à l’aise pour être une femme et se montrer en serviette. Dans une chambre publique.

C’est là que j’ai allumé. Les gars étaient en boxer la veille! Je leur parlais dans la cuisine et ils étaient en boxer. Les gars qui sortaient de la douche s’en allaient jusqu’à leur lit en boxer ou en serviette. C’est tellement normal que je m’en étais pas rendu compte.

Mon frère se promenait en boxer devant moi c’était bien normal. Mon père sort de la douche, il est en boxer. Il se fait la barbe en boxer, écoute la télé en boxer. Mais moi, ou ma mère, on pourrait jamais sortir de la salle de bain juste avec nos sous-vêtements, moi qui vais jaser dans le salon ou qui vais écouter la télé avec mon père en bobettes et en brassière. NON!

Imaginez-vous? Moi assise dans la chambre avec les 7 gars inconnus en train de jaser, en brassière et en bobette autour de la table?

Pourquoi?

Pourquoi ça se fait pas? Pourquoi je peux pas moi me promener en brassière ?

J’ai bien réfléchi, et j’ai fait une des plus tristes constatations de ma vie:

Parce que mon corps de femme est considéré comme quelque chose de sexuel. Mon corps de femme est SEXU!

Oui! Mon corps de femme est tellement démontré comme quelque chose de sexuel dans la société, dans les médias, qu’il est considéré comme un objet sexuel. On montre toujours le corps de la femme comme quelque chose de sexy, d’enviant, d’excitant.

girl-1211436_960_720

Je ne pense pas nécessairement au sexe à la seconde ou je vois un homme en boxer, même s’il est super beau. On ne se cachera pas que s’il est bien bâti, je suis bien contente, mais ce n’est pas vulgaire. Mon corps de femme, en bobettes et brassière est automatiquement vulgaire. Automatiquement une référence à la sexualité.

C’est triste, que mon corps que j’aime beaucoup, que je respecte, soit automatiquement relié au sexe. Ce corps de femme là est moi, et moi, je suis un objet sexuel. Je rappelle à la sexualité tout le monde qui me regarde. Et à cause de ça je dois me cacher.

Et vous qu’en pensez-vous? Y a-t-il une différence entre la vision du corps d’une femme et d’un homme?